Le Hip Hop

Publié le par Y.original

Le hip-hop est, avant toute chose, un mouvement culturel  et artistique complet qui est apparu aux États-Unis  dans le Bronx  (quartier défavorisé de New York ) au début des années 1970 . Le hip hop est une réponse aux conditions de vie régnant dans ces quartiers pauvres, il mêle des aspects festifs et revendicatifs. 
Originaire des ghettos  noirs de New York , le hip hop se répandra rapidement à l'ensemble du pays puis au monde entier pour devenir la culture urbaine phare du XXème siècle.
 
La culture hip-hop regroupe quatre expressions principales : le DJing , le MCing , le b-boying  ou break dancing  et le graffiti , on y ajoute parfois l’art du beat-boxing. A ces moyens d’expressions, on adjoint également le street-language , le street-fashion  et le street-knowledge . C’est le plus souvent par l’expression musicale, et depuis quelques années par la danse, que cette culture hip hop est plus connue.
 
PIECE PAR TORO236 - TAIPEI CITY (TAIWAN)
PIECE PAR TORO236 - TAIPEI CITY (TAIWAN)

Les origines du hip hop

Les origines du hip hop remontent loin dans l’histoire, comme pour de nombreuses danses. Dans ce cas, les racines lointaines de ce mouvement culturel puisent leur source en Afrique. En effet, on peut considérer que les origines du hip hop viennent des poètes et des musiciens ambulants d’Afrique de l’Ouest, déportés en tant qu’esclaves sur le continent américains. Plus directement, la musique hip-hopest issue de la soul  tardive (Gil Scot Heron), et du funk  (James Brown , Isaac Hayes ), sans oublier la poésie/ musique proposée au début des années 1970 par les Last Poets . Cette lignée musicale nord-américaine est alors croisée avec le dub  et les sound systems  jamaïcains, qui proposaient des versions instrumentales des standards du reggae  jouées à l'occasion de fêtes organisées en Jamaïque, et arrivées dans les ghettos new-yorkais à la faveur de la forte immigration en provenance de cette île - les trois pères fondateurs du mouvement hip-hop en sont d'ailleurs originaires.
 
La musique hip hop est toutefois en rupture parce qu'elle n'est pas le fruit d'une évolution "naturelle" ou "organisée" du funk  ou des autres influences citées, inventées par des musiciens confirmés au terme d'une recherche personnelle (comme ce fut le cas pour le passage du jazz-blues-gospel à laMusique soul , et de la soul au funk) mais bien l'appropriation de ces musiques par une jeunesse noire défavorisée, urbaine, et surtout non-instrumentiste, en dehors des circuits habituels de la production musicale. Contrairement aux anciens styles de musique afro-américains, qui ne témoignaient que de façon incidente ou détournée des conditions de vie de la communauté noire américaine, le hip-hop se présente comme l'expression même de ces conditions de vie et se propose de "coller à la rue", c'est-à-dire de suivre les codes et relations qui règlent la vie des ghettos.
 
D'où l'inscription de cette musique dans l'ensemble culturel plus vaste mentionné plus haut, et l'attitude des hip-hoppers, qui gardent le style vestimentaire de la rue (street-wear), le langage du ghetto(slang) et ses valeurs. D'où aussi, initialement, l'attachement des hip-hoppers à leur quartier (à travers la notion de représentation), qui se traduit positivement par un lien généralement solide avec les autreship-hoppers issus du même lieu, exprimé par la formation de collectifs (crew, posse, squad, clan ou clique) ou des invitations à rapper sur un même morceau (featuring), et négativement par une rivalité avec les hip-hoppers venus d'autres quartiers, s'exprimant quant à elle au mieux par une saine émulation, au pire par des tensions (diss) réglées dans les couplets eux-mêmes. Si cette division géographique du hip-hop tend à perdre aujourd'hui de sa pertinence au profit d'une division par "courants" et "valeurs", les procédés énumérés pour exprimer les relations entre hip-hoppers restent les mêmes. De fait, plus que pour d'autres genres musicaux, l'évolution du hip-hop est indissociable de l'histoire des relations entretenues par ses différents acteurs, c'est-à-dire d'une certaine histoire de la rue américaine.
 
La musique hip-hop n'est cependant pas née en un jour. Son émergence est indissociable des Block Party , fêtes de quartiers organisées dans les rues des ghettos, où l'on fermait la rue à l'aide de barricades ou de voitures pour bloquer la circulation, et animée par un Disc-Jockey (DJ) qui enchaînait les morceaux soul et surtout funk sur lesquels les participants dansaient. Les danseurs se plaignaient fréquemment de ce que les morceaux ne duraient pas assez longtemps et leur laissaient peu le temps de développer leur art. C'est de cette volonté de prolonger le beat que va naître la musique hip-hop.Clive Campbell , plus connu sous le nom de DJ Kool Herc, fils d'immigré jamaïcain installé dans le quartier du West Bronx , a le premier l'idée de brancher deux turntables  (« tourne-disques ») diffusant le même morceau en décalé, de sorte que le rythme donné par la ligne de basse soit rallongé.
 
PIECE PAR CHRIS DYER - GAND (BELGIQUE)
PIECE PAR CHRIS DYER - GAND (BELGIQUE)

Contexte dans lequel le hip hop est né

Les années 1950 et 1960 creusent le fossé entre la majorité blanche américaine, qui profite du rêve américain et les minorités (en particulier noire et hispanique), dont les conditions de vie se dégradent. Les mouvements identitaires se forment et sont réprimés (notamment les Black Panthers) et leurs leaders disparaissent (Martin Luther King, Malcolm X). Les communautés des grandes villes, en particulier New York, se replient sur elles-mêmes dans des ghettos où les gangs prennent une importance sociale de plus en plus marquée. L’insécurité, la délinquance et la drogue font alors partie du quotidien.
 
Dans le même temps, la musique noire américaine affirme son identité et le funk et la soul deviennent des modes d'expression et de revendication privilégiés. Les pionniers de cette culture posent les fondations sur lesquelles sera bâti le hip-hop : James Brown, The Last Poets, Sly and the Family Stone, Gil Scott Heron ou Stevie Wonder.
 
La culture hip-hop naît de cet environnement défavorisé et des tensions sociales, raciales et politiques de l'époque. L'extrême économie des moyens à mettre en œuvre, l'utilisation de la rue comme scène ou lieu d'exposition, la spontanéité de l'improvisation, contribuent à l'élaboration et à la propagation d'un mouvement culturel qui va dominer la fin du XXe siècle.